Bienvenue sur blogules ! - Accueil - blogules in English - mes autres sites et blogs : mon site évolutif - mot-bile - footlog - Seoul Village - Dragédies - Citizen Came - Little Shop Of Errors - Facebook: facebook.com/Blogule - twitter: @stephanemot
NOUVEAUTE !!! mes "dragédies" (la mer amarrée et autres dragédies) viennent de paraitre ! Commandez votre exemplaire sur Amazon.fr.
Et toujours : "La Ligue des Oubliés" (sur Amazon.com et Amazon.fr)

20080225

Propagande + contre-propagande = tout bénef pour les extrémistes

Je reprends ici ma réaction à une nième publication d'article d'autocongratulation des révisionistes du 9/11 sur AgoraVox*.

Que Bush ait exploité par la propagande le 11 septembre parait une évidence, que tout n’ait pas été mis en oeuvre pour prévenir les attentats un euphémisme... Mais les théories révisionistes niant la culpabilité d’al Qaeda relèvent tout autant de la propagande, et l’observateur peut se demander à qui profite cette comédie (à part le media AgoraVox, rémunéré à l’audience): aux islamistes certes, mais tout autant aux ultraconservateurs américains - en réalité, aux marchands de haîne de tous poils et de tous horizons.

Je ne m’adresse pas ici aux manipulateurs d’opinion qui contribuent à cette débauche de propagande / contre propagande mais à leurs victimes, qui les suivent en toute bonne foi. En tant que modéré et favorable à une victoire Démocrate cet automne, je les invite à prendre un peu de recul bien sûr par rapport à la propagande d’Etat de Bush, mais aussi par rapport à certaines théories du complot parfois orchestrées par les mêmes personnes.

Il y a eu et c’est incontestable une instrumentalisation du 11 septembre aux Etats-Unis par l’Administration Bush. La propagande a perverti la réalité pour déclencher l’invasion de l’Irak, mais surtout maintenu un état de terreur dans le pays pour mieux faire passer des lois liberticides et enfoncer le pays dans l’obscurantisme.

La contre-propagande niant de la culpabilité d’al Qaeda profite certes aux mouvements islamistes cherchant à recruter auprès des populations les plus crédules dans les communautés musulmanes choquées par la violence des attentats ("en fait c’est un coup des sionistes"). Mais elle profite bien au-delà à l’ensemble des extrémistes qui cherchent à miner la démocratie: soit en décridibilisant les media et en cherchant à séduire les amateurs de théories du complot, soit au contraire en renforçant la crédibilité de la propagande officielle en lui opposant une caricature tenant encore moins la route. En période électorale aux US, cela permet de ridiculiser le discours de l’opposition tout en le détournant des véritables accusations, beaucoup plus dangereuses pour le pouvoir en place.

Au final et indépendamment du nombre de "convertis", tout ce bruit contribue au climat de haîne et de doute des institutions, le terreau dont le fondamentalisme a besoin pour s’épanouir.


* "Le 11 septembre au Parlement Européen de Bruxelles" - 20070222. Sur le fond, l’argumentaire n’évolue pas. Bien que démonté à mille reprises il revient à la charge inlassablement avec une régularité de métronome. Sur la forme, le titre peut habilement faire croire que l’Union Européenne veut se pencher sur le sujet alors qu’il ne s’agit que d’une poignée de lobbyistes faisant son show dans les locaux de la démocratie européenne.

Never say Nader again

C'est cette période de l'année. Au moment où tout le monde se prépare pour le duel final, Ralph Nader annonce sa candidature.

Cette fois-ci encore, son étiquette d'Indépendant n'est qu'un leurre.

Et cette fois-ci, sa cause est ouvertement personnelle : l'ancien avocat des nobles causes se déclare essentiellement motivé par une revanche contre le Parti Démocrate, coupable à ses yeux d'avoir comploté contre sa candidature en 2004, où il n'avait finalement pu se présenter que dans 34 Etats et ne récolter que quelques dizièmes de pourcent de votes au niveau fédéral.

Ralfie ne peut décemment pas blâmer le Parti Républicain, compte tenu du soutien sans faille que lui avaient accordé les lobbies conservateurs dans cette quête - je n'ai pas oublié non plus l'appel sans ambage des Citizens for a Sound Economy - see "
Red blogule to Ralf Nader - Independent Days are over" - 20040822).

L'assassin du Président Gore a une nouvelle mission : tuer le candidat Démocrate, homme ou femme, noir ou blanc. Et compte tenu de sa capacité à syphoner les votes "liberals" comme des termes presqu'élogieux employés pour qualifier Obama, Hillary peut réellement s'exclamer : "wow - ça c'est vraiment un mauvais signe".

Le Sénateur de l'Illinois est un poil plus précis dans sa lecture de l'événement : il rappelle amicalement à Nader la qualité de ses actions passées au service des plus faibles, un peu moins amicalement la qualité médiocre de son jugement en 2000, lorsqu'il qualifiait Bush et Gore de bonnet blanc et blanc bonnet, et termine en affirmant avec l'accent de populisme propre à cette dernière semaine de campagne avant le choc Texas-Ohio que "sa fonction d'éternel candidat n'apporte pas de quoi manger sur la table des travailleurs".

Dans une comédie de boulevard, Mike Bloomberg choisirait ce moment pour arriver par la fenêtre, sans attendre les résultats des Primaires : le duel Obama-Clinton risque de s'éterniser jusqu'à la Convention Démocrate, et les théocons sont en passe de réussir l'"impeachment" du candidat McCain (au point de remettre Huckabee en scène et de donner des regrets à Romney ?).

Et on n'en est même pas à cette époque de l'année où on commence à compter les trous dans les cartes de bingo dans les urnes en Floride...

---
Initialement publié sur blogules en VO : "
Never say Nader again" (20080225)

20080221

Surveillance zéro et tolérance réseau - les théocons de l'Elysée enfin exposés

Les masques sont tombés, et les théocons de l'Elysée sont désormais obligé de faire leur coming out.

Emmanuelle Mignon a enfin clairement dévoilé son avis sur les sectes dont la Scientologie, et personne n'ignore tout le bien qu'elle pense du fondamentalisme chrétien auquel elle adhère.

La DirCab que je maudissais encore pas plus tard que la semaine dernière* a même mouillé son patron en l'associant à son point de vue. David Martinon n'a pas vraiment démenti en disant que le Gouvernement n'avait "aucun projet tendant à relâcher la vigilance" (...) "Au contraire, il souhaite renforcer nos moyens d'actions afin que la justice puisse intervenir avec toute la sévérité requise contre les organisations ou mouvements qui troublent l'ordre public, ou qui exploitent la détresse psychologique, et peuvent faire l'objet de caractérisations pénales" (sce AFP).

Ne va-t-on plus s'intéresser aux organismes ne faisant pas encore "l'objet de caractérisations pénales" ? Et qui va réellement "renforcer nos moyens d'action" ? Les théocons de l'Elysée ? Michèle Alliot Marie, dont on comprend chaque jour comment elle a pu piquer le job d'Hortefeux à l'Intérieur (au rythme auquel MAM dérape, Mignon passera bientôt pour une modérée) ?

Nicolas Sarkozy himself ?

Je n'espérais pas que le Président fût obligé de se dévoiler aussi vite : j'attends des authentiques media (s'il en reste) et de ses soutiens authentiquement républicains (s'ils se décident enfin à le braver**) qu'ils le somment de se prononcer.

A lui de nous dire enfin s'il considère la Scientologie comme une secte dangereuse***.

A lui de nous dire enfin s'il compte remettre en cause l'indépendance du politique et du religieux, la république laïque, une et indivisible.

A lui de nous dire enfin s'il souhaite continuer à ouvrir les portes aux fondamentalistes et fanatiques de tous bois.


Les appels à la manifestation commencent à s'élever - et avec eux la cote de popularité de Bayrou, plus consistant et intransigeant que Hollande sur le sujet (Mignon, allons voir si la rose...?).


La République doit se défendre, en veillant à ne pas jouer le jeu des incendiaires qui veulent rallumer les guerres du XIXe siècle. Rappelons-le**** : nous ne devons pas rentrer dans le faux débat pour ou contre la religion, mais défendre la démocratie comme la religion du fondamentalisme.


* cf "
Laïcité sélective, mémoire sélective... ci gît la République Française" (20080218)
** cf "
N'ayez pas peur" (20080118)
*** sa première réponse n'en est pas une : "Ce n'est pas à moi de dire si la Scientologie est une secte. Il y a une commission" (oui, mais cette commission tu veux la soumettre à MAM) - "je n'ai jamais eu la moindre faiblesse avec (les Scientologues) quand j'étais ministre de l'Intérieur" (peut-être, mais en tant que Président ? Et c'est en tant que ministre de l'Economie que tu as reçu Tom Cruise, non ?)

**** cf "Universal Declaration of Independence From Fundamentalism" (20070809)

20080218

Laïcité sélective, mémoire sélective... ci gît la République Française

Les Français ne se contentent plus d'arracher des pseudo orphelins tchadiens à leurs parents : ils envisagent désormais d'exploiter sans scrupule la mémoire des plus jeunes victimes de l'Holocauste.

Cette fois-ci, il ne s'agit plus de pallier aux carences des filières d'adoption nationales pour renflouer les caisses d'une Organisation Non Gouvernementale, mais de profiter des carences des médias nationaux pour renforcer l'habile campagne de manipulation de l'opinion orchestrée par une Organisation Para Gouvernementale ; Nicolas Sarkozy et sa garde rapprochée de théocons, au premier rang desquels la sulfureuse DirCab Emmanuelle Mignon.

Comme d'habitude, sous couverts de bons sentiments (ici, une saine pédagogie de l'horreur, là, la modernisation de la loi de 1905), l'objectif est bien la destruction massive de la République une, indivisible, et surtout apaisée.

Sur la forme, le Président de la République n'a déjà pas à parler de religion devant les représentants du CRIJF, a fortiori en évoquant l'organisation de l'Islam dans le pays.

Sur le fond, de même que sa "laïcité sélective" insulte le principe même de "laïcité"*, son système de mémoire sélective (étrenné dès son premier jour de pouvoir avec Guy Môquet) insulte le principe même de mémoire.

Le politique a le droit et le devoir d'assumer les actes commis par le pouvoir (Chirac avec les crimes de la Collaboration, l'Australie avec le traîtement infligé aux Arborigènes), mais le politique n'a pas à réécrire l'histoire, à en imposer une lecture biaisée, à instrumentaliser des individus dans un but de propagande. Manipuler par l'exemple n'a rien d'exemplaire, et au moins Staline et Goebbels avaient-ils la décence d'exploiter l'image de "héros" vivants.

Plus modestement, Sarkozy prétend privilégier une pédagogie positive à une approche culpabilisatrice, mais c'est le propre de la propagande de façonner les esprits par un discours simpliste, fort et positif. D'autant que l'objectif n'est pas de réconcilier ni de souder la nation mais d'en accélérer le déchirement. Les media évoquent le traumatisme des enfants, mais c'est bien au-delà la République que l'on terrorise.

Une fois de plus, Simone Veil au grain et évoque fort justement le risque d'attiser les conflits interreligieux. Sur un sujet aussi risqué, on doit proposer et non imposer, faire parler des historiens et non des politiques, préparer la paix et non la guerre. Ce Président a décidemment la fâcheuse habitude de fournir des munitions aux marchands de haîne*.

Les petites victimes de la Shoah ne méritaient pas cette ultime infâmie.


* cf "N'ayez pas peur" (20080118)



20080210

Le Super Saturday de Barack Obama

La Louisiane semble aussi bien partie que les autres scrutins du jour pour BHO : outre l'Etat du Sud, le Sénateur de l'Illinois raflerait donc la mise sur le Nord (Nebraska), le Nord-Ouest (Washington) et même par-delà les mers (Iles Vierges Américaines).

Nouvelle tendance ? Son solide Super Tuesday avait déjà été prolongé par une chasse aux donateurs plus fructueuse que celle de sa rivale Billary. S'il limite la casse en Nouvelle Angleterre ce soir (et a fortiori s'il l'emporte dans le Maine), Obama pourrait bien se présenter en position de force le 12 pour ce qui sera probablement la journée clef : le District de Colombia, la Virginie et le Maryland se prononceront, c'est à dire la capitale fédérale et ses alentours ; le coeur du pouvoir politique.

Bien au-delà des 240 délégués Démocrates en jeu sur ces trois Etats, une décision nette pourrait influencer de façon décisive les Superdélégués dans la perspective de la Convention. C'est confirmé depuis mardi, la différence se fera comme on le pressentait sur ces 796 représentants sur lesquels le commun des Démocrates n'a aucune prise les primaires et caucus en cours. Hillary Clinton aura le plus à perdre : le moindre signe de lâchage de l'establishment et de Washington, DC, et personne ne misera plus le moindre kopek sur elle.

Côté Républicains, le sursaut de Huckabee prouve à ceux qui en doutaient encore le poids des ultraconservateurs et des theocons dans le pays. McCain n'a plus Romney face à lui et les mathématiques ne sont pas en faveur de l'ex pasteur mais comme le rappelle fort justement Huck : "je n'ai pas réussi mes études dans les maths mais dans les miracles".

Welcome to my personal portal : blogules - blogules (VF) - mot-bile - footlog - footlog archives - Seoul Village - La Ligue des Oubliés - Dragédies - Kim Mudangnim - Citizen Came - Stephanemot.com - archives blogules - archives blogules (VF)
Copyright Stephane MOT - Attention: Armes de Désinformation Massive