Bienvenue sur blogules ! - Accueil - blogules in English - mes autres sites et blogs : mon site évolutif - mot-bile - footlog - Seoul Village - Dragédies - Citizen Came - Little Shop Of Errors - Facebook: facebook.com/Blogule - twitter: @stephanemot
NOUVEAUTE !!! mes "dragédies" (la mer amarrée et autres dragédies) viennent de paraitre ! Commandez votre exemplaire sur Amazon.fr.
Et toujours : "La Ligue des Oubliés" (sur Amazon.com et Amazon.fr)

20090617

Khamenei sous pression

Comme prévu (voir "No You Can't, Mr Ahmadinejad"), le Leader Suprême Ali Khamenei se retrouve en première ligne et nu comme un ver pour avoir très mal géré le coup dans des élections à haut risque.

De même que l'Ayatollah Akbar Hashemi Rafsanjani ne s'était pas géné pour le prévenir de toute entourloupe, l'Ayatollah Hossein Ali Montazeri ne s'est pas géné pour dénoncer le caractère surréaliste des résultats officiels.

Khamenei a dû se résoudre à concéder un recomptage partiel des voix et théoriquement, personne ne voit comment le Conseil des Gardiens déjugerait son camp. Sauf que. En plus de gagner du temps, Khamenei s'offre une éventuelle porte de sortie pour sauver la face : à ce stade, il peut décider de finalement se débarrasser de son joker (Ahmadinejad), au lieu de sombrer avec lui.

Mais dans un cas comme dans l'autre, le système a failli...

=> le scénario officiel ne tient pas la route mathématiquement, ou alors l'équation paraît trop parfaite :
on l'a déjà vu sur de nombreux points, mais depuis certains se sont amusés à reprendre en abscisses et ordonnées les bulletins de Moussavi et d'Ahmadinejad tout au long de la soirée du vote, et les six annonces officielles de résultats partiels dessinent une droite parfaite. Farideh Farhi, de l'Université d'Hawaii, résume la situation en qualifiant ces résultats de "tirés d'un chapeau"*.

=> revenir sur le scénario officiel mettrait en évidence une faille dans le processus électoral qui rejaillirait négativement sur l'ensemble de la classe dirigeante du pays.

... et dans un cas comme dans l'autre, le Leader Suprême a failli. Dans son jugement comme dans son sens du timing et ça, ça ne se pardonne ni chez un politicien, ni chez une autorité religieuse... et encore moins sur l'autorité religieuse et politique suprême du pays. Cette évidence n'est sans doute pas passée inaperçue chez ses supporters et plus encore au sein du réseau d'influence qui lui doit ses pouvoirs.

Khamenei "has been", la cause semble entendue. Mais il a causé une rupture peut-être définitive au sein d'un pays dont l'unité est menacée tant au niveau de la population que des dirigeants.

Même Mousavi, appelé à l'aide pour sauver le pays du naufrage, aurait du mal à jouer le rôle d'Obama recollant les morceaux du puzzle démocrate après le passage de l'Ouragan Hillary.

Party Unity My Ayatollah ?


* cf "
Was Iran's election rigged? Here's what is known so far" (Christian Science Monitor 20090617).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires et pour votre patience: je dois valider manuellement chacun de vos messages sur chacun de mes nombreux blogs. J'accepte volontiers les critiques, mais ni le spam, ni les liens commerciaux, ni les messages haineux.
Stephane

Welcome to my personal portal : blogules - blogules (VF) - mot-bile - footlog - footlog archives - Seoul Village - La Ligue des Oubliés - Dragédies - Kim Mudangnim - Citizen Came - Stephanemot.com - archives blogules - archives blogules (VF)
Copyright Stephane MOT - Attention: Armes de Désinformation Massive