Bienvenue sur blogules ! - Accueil - blogules in English - mes autres sites et blogs : mon site évolutif - mot-bile - footlog - Seoul Village - Dragédies - Citizen Came - Little Shop Of Errors - Facebook: facebook.com/Blogule - twitter: @stephanemot
NOUVEAUTE !!! mes "dragédies" (la mer amarrée et autres dragédies) viennent de paraitre ! Commandez votre exemplaire sur Amazon.fr.
Et toujours : "La Ligue des Oubliés" (sur Amazon.com et Amazon.fr)

20110327

Le Vélib à Séoul, c'est parti !

Du neuf sur le service de vélos en libre service de Séoul (pour les premiers "pas", voir "Seoul Velib'", Seoul Village 2008) : ça semble enfin se préciser avec un look franchement plus "Véliboïde", un site dédié (bikeseoul.com), une application mobile, et les 43 premières stations opérationnelles.

Le concept ressemble beaucoup à l'original*, destiné à permettre à un maximum de citoyens de circuler à bicyclette dans la ville, à commencer par ceux qui n'ont pas les moyens d'en avoir une:
- vous payez un abonnement très bon marché pour un jour, une semaine, ou une année (à Paris: respectivement 1, 5, et 29 EUR), mais Séoul propose en outre des packages d'un et six mois (cela donne 1.000, 3.000, 5.000, 15.000, et 30.000 KRW, à diviser environ par 1.600 pour avoir les tarifs en Euros).
- vous ne louez pas spécifiquement un vélo, mais vous avez l'accès illimité à des vélos spéciaux que vous devez prendre et déposer dans des stations spéciales
- vous ne payez rien de plus pour une course de moins de 30 mn, mais au moins 1.000 KRW par heure au-delà
- si vous avez besoin de rouler au-delà de 30 mn mais ne voulez pas payer, il vous suffit de faire une étape à une station ou de changer de monture avant chaque échéance de 30 mn pour remettre le compteur à zéro
- le service fonctionne 24 h sur 24, 7 jours sur 7, tous les jours de l'année, et il est entièrement automatisé grâce à un système de kiosques et de cartes sans contact
- bonus: les vélos sont beaucoup plus légers et bourrés d'électronique qu'à Paris, où les vols et dégradations sont hélas monnaie courante, où l'engin pèse autant qu'un tank Sherman (ça tombe bien, les collines ne manquent pas à Séoul), et où le guidon ne présente aucun écran (le vélib séoulien fera bon usage des services de localisation).

Avec ce concept, la couverture (nombre et densité de stations dans la ville) et la disponibilité (nombre de places par station, répartition harmonieuse entre les stations) sont les facteurs clef de succès. Paris a opté pour un scénario très agressif : dès le lancement du Velib' en juillet 2007, 750 stations et 7500 vélos pour une ville de 105 km2 et 300 stations de métro, et une 1000e station Velib' inaugurée avant la fin de la même année.

Séoul compte bien trois cent stations de métro, mais sur un espace six fois plus vaste que Paris, et même si les voies cyclables se multiplient**, les quartiers sont beaucoup moins bien connectés les uns aux autres : de vraies montagnes jalonnent une ville zébrée par des axes quasi autoroutiers, et le fleuve Han coupe réellement la capitale en deux (largeur moyenne à Séoul: environ 1 km). Je rêve depuis 2007 d'un Vélib séoulien (qui pourrait bien être proposé par le même prestataire***), mais je sais bien qu'il serait illusoire d'espérer le même niveau de service au démarrage.

Pour moi, depuis le départ, la seule solution serait de procéder progressivement en commençant par les hubs "bike friendly" existants, en connectant peu à peu ces sous-réseaux en forme d'étoile, et en réduisant avec le temps les trous dans la raquette.

C'est peut-être le scénario retenu par la ville de Séoul. Avec seulement 43 stations regroupées dans les quartiers de Sangam et Yeouido, ce programme ressemble moins à un vrai lancement qu'à un test grandeur nature sur deux zones assez proches l'une de l'autre, une de chaque côté du Han, et toutes deux connectées au principal réseau cyclable de la ville, le long du fleuve.

Autre indice: la quasi absence de branding et de publicité pour l'opération : je n'imagine pas un instant Seoul Metropolitan Government zapper sur cet élément essentiel du mix, ni conserver le nom / marque blanche actuel, sans logo, "공공 자전거" ("gonggong jajeongeo" ou "Vélo Public" de la Ville de Séoul)...

... Ou pire encore : recycler la mascotte Haechi, déjà à l'oeuvre sur tous les programmes vélo de la ville - voir ci contre, extrait du site
bike.seoul.go.kr (à ne pas confondre avec le précité bikeseoul.com, ni avec seoulbike.com, le site d'une expo vélo annuelle)...

Je suis sûr que nous assisterons à une accélération du projet d'ici la fin de l'année, et peut-être même déjà à l'émergence d'une marque digne de ce nom.

En attendant, il est déjà possible de tester le système, ou d'autres programmes municipaux de vélos en libre-service en Corée comme NUBIJA à Changwon (
nubija.changwon.go.kr), ou FIFTEEN à Goyang (très bien signalisé, y compris sur les grands axes autoroutiers, avec la campagne "Let's FIFTEEN!" et une appli iPhone).

blogules 2011 - voir le post original sur
Seoul Village ("Public bike rental services bloom in Seoul and around")

* Paris Velib', ou plutôt son modèle Velo'V à Lyon.
** ça commencerait presque à ressembler à un réseau :

*** comme JCDecaux (le leader mondial en vélo partagé avec son Cyclocity) opère auprès des deux capitales, je suppose qu'il est également en charge de ce projet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires et pour votre patience: je dois valider manuellement chacun de vos messages sur chacun de mes nombreux blogs. J'accepte volontiers les critiques, mais ni le spam, ni les liens commerciaux, ni les messages haineux.
Stephane

Welcome to my personal portal : blogules - blogules (VF) - mot-bile - footlog - footlog archives - Seoul Village - La Ligue des Oubliés - Dragédies - Kim Mudangnim - Citizen Came - Stephanemot.com - archives blogules - archives blogules (VF)
Copyright Stephane MOT - Attention: Armes de Désinformation Massive